Coaching de vie

A la découverte du coaching de vie

Adorés par les uns, décriés par d’autres, les coachs sont partout. Parmi la multitude de coachs, il y a les coachs de vie. Pourquoi aller voir un coach de vie ? Quels sont les avantages et les limites de leur accompagnement ?

 

En démarrant mon activité, j’ai entendu de nombreux propos positifs comme négatifs sur le coaching de vie. Notamment, une amie qui m’a dit : « Coach de vie ?? De quel droit peut-on coacher la vie de quelqu’un ? ». En effet, cela n’est pas représentatif du métier. Derrière ce terme un peu barbare, il y des connaissances théoriques, des expériences, des rencontres…

 

Pour ma part, je préfère le terme « coach en développement personnel ». En effet, je perçois davantage la recherche d’un bien-être individuel et l’accroissement de son propre potentiel.

 

Dans la profession, on retrouve également des définitions relativement différentes. Chaque coach a une vision singulière de son travail. D’ailleurs, les fédérations se battent pour pallier à cela.  La définition qui me semble la plus juste est la suivante : « Le coaching de vie est un processus d'accompagnement basé sur l'écoute et le questionnement dans le but d'aider les personnes à découvrir leur potentiel et ainsi, clarifier et atteindre leurs objectifs. ».

 

Sur base de cette définition, pourquoi se faire accompagner par un coach en développement personnel ?

 

Il est difficile de répondre exhaustivement à cette question car chaque demande est unique. Je vais donc tenter de regrouper les types d’objectifs :

  • Développer des compétences
  • Prendre des décisions
  • Trouver sa voie
  • Résoudre une difficulté
  • Développer la confiance en soi
  • Être accompagné dans les transitions de vie
  • ...

 

Quels sont les avantages de ce type de coaching ?

 

L’atout principal d’un coaching en développement personnel est que le client est au cœur de l’action. C’est lui qui met les actions en place pour atteindre son objectif. Le coach, pour sa part, maitrise le processus d’accompagnement amenant à l‘autonomie.

 

Grâce aux différentes techniques d’analyse de la demande, le coach aide au décodage de l’objectif. Aussi, les objectifs travaillés seront mesurables dans un temps relativement court (en fonction de l’objectif).

 

Un autre avantage est que le coach est un miroir neutre. Il écoute et questionne, sans jugement.

 

Même si le type de travail n'est pas identique à la thérapie (voir les limites), le coaching est probablement moins stigmatisant que d’aller voir un psychologue, dans certaines situations. Le coaching peut donc être une première étape. Au contraire, après une thérapie, il peut également représenter une opportunité pour le client de travailler la mise en place de changements concrets.

 

Et les limites alors ?

 

La première limite, qui me semble la plus importante, est qu’il ne s’agit pas d’une thérapie. Cette frontière est d’ailleurs parfois difficile à clarifier pour les non-initiés. La déontologie (respect du secret professionnel, par exemple) et la (les) formation(s) du coach seront donc primordiales.

 

La différence que je fais entre les deux ? Selon moi, la thérapie soigne, contrairement au coaching qui part du principe que son client fonctionne « normalement ». Le coaching se concentre sur le présent et le futur désiré du client. Bien sûr, certains psychologues exercent également en tant que coachs de vie. Dans ce cas, c’est au praticien de déterminer ses propres limites et d’en faire part à son client.

 

La deuxième limite est liée à la première. En effet, un coach n’accompagnera pas un client qui a une santé mentale fragile. Dans ce cas, il orientera vers un professionnel de la santé compétent.

 

Une autre limite est que le coaching sollicite la parole. Cela nécessite donc de verbaliser ses émotions, ses difficultés, ses ressources, les différentes options envisageables… Ce type d'accompagnement ne convient pas à tout le monde.

 

En conclusion, les avantages peuvent devenir des limites et vice versa. Alors, amateur ou détracteur ? Le tout est de pouvoir se faire son propre avis ainsi que de trouver l’approche et le professionnel qui vous conviennent si vous éprouvez le besoin d’être accompagné. Dans tous les cas, le lien de confiance est indispensable !

 

Sophie B.

11/2018

Copyright - Tous droits réservés : Sophie Berlière - Sophie b. - 2018 | Mise à jour : janvier 2019